Ce site est une version en lecture seule. Pour vous abonner ou gérer votre compte, veuillez vous rendre sur le site www.elephorm.com

Les formats de compression sur Premiere Pro CC 2017

  • Vidéo 3 sur 35
  • 3h41 de formation
  • 35 leçons

Un contenu flash devrait s'afficher ici. Votre navigateur ne comporte pas de plugin flash, ou il ne s'est pas correctement initialisé.

Vous pouvez télécharger le plugin flash depuis le site d'Adobe à l'adresse suivante : http://get.adobe.com/flashplayer/.

Pour accéder à cette formation, vous devez vous abonner.
previous
summary
resume
next
play
Les formats de compression
00:00 / 09:58
HD
fullscreen

Sommaire de la formation

Détails de la formation

Dans ce cours sur Premiere Pro CC 2017, l’auteur vous apprend la compression. Le but de cette vidéo est de connaître les différents types de compression. Suivant la définition et la cadence d’une vidéo, celle-ci peut générer des fichiers lourds. De ce fait, vous recourez à la compression pour écrire les flux vidéo en continu sur les bandes ou sur les cartes mémoires. Vous disposez de deux types de compression. D’une part, la compression intra-image réduit les redondances dans une image en utilisant souvent des méthodes destructives. A cet effet, l’image est divisée en blocs de 8 pixels sur 8 avec une simplification des couleurs. D’autre part, la compression interimage qui agit par réduction des redondances spatiales et temporelles sur des groupes d’images ou GOP avec trois types d’images. Il s’agit du I-frame ou image de référence, du P-frame ou image prédictive simple et du B-frame ou image prédictive bidirectionnelle. Les GOP contiennent 12 ou 15 images. Par rapport à cela, les images exclues du I-frame ne peuvent être lues que si tout le GOP est décodé. Ainsi, vous requérez les Codecs HD. Les codecs ou Codeur/Décodeur utilisent plusieurs normes de compression pour limiter le poids et les débits. Ils sont aussi nécessaires pour la lecture des vidéos. Dans le cas où vous effectuez un multiplexage, les fichiers conteneurs ou Wrapper mélangent des pistes vidéo, des pistes son compressées avec différents codecs ainsi que des métadonnées. A cette issue, il en résulte les formats .mov pour les lecteurs QuickTime, .avi ou .wmf pour Windows Media Player et .mfx pour les flux de vidéos professionnelles. Pour ce qui est des normes de compression admises dans les codecs, le Motion Jpg effectue une compression intra-image avec un débit constant. Le MPEG 2 permet les deux types de compression avec un débit variable suivant le niveau de compression. Il est utilisé pour les DVD et la télédiffusion numérique. Vous disposez aussi du MPEG 4 H.264 ou AVC. Il est constitué d’un groupe de codecs utilisés pour les flux HD avec des blocs de compression de taille variable allant de 8 à 24 pixels de côté. Enfin, le HEVC H.265 ou High Efficiency Video Compression est une version améliorée du H.264. Il est conçu pour les flux UHD. A niveau de qualité égale, les codecs MPEG 4 sont plus performants que les MPEG 2 en dépit d’une utilisation de ressources importantes pour l’encodage et le décodage. Par ailleurs, le niveau de compression affecte le débit et la qualité de l’image. A cet effet, les fortes compressions aboutissent à des débits plus réduits. Par conséquent, les fichiers obtenus sont plus légers. Cependant, il en résulte des blocs de compression ainsi que des cassures apparentes dans les dégradés et donc une qualité d’image moindre. Pour conclure la compression intervient sur tous les aspects d’une vidéo.